AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexionAdhérer
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
Marque Pages
 
----------------
 
 
----------------
 
 
----------------
Mentions légales du forum
Sondage
Vous sentez-vous représentés par vos élus lycéens ?
Oui
50%
 50% [ 34 ]
Non
47%
 47% [ 32 ]
autres
3%
 3% [ 2 ]
Total des votes : 68
Statistiques
Nous avons 458 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Bernabe80

Nos membres ont posté un total de 18246 messages dans 1374 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 32 le Mer 4 Déc 2013 - 17:00
Mots-clés

Partagez | 
 

 Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 18:03

Citation :
Pas du tout puisque la classe de seconde ouvre de nouveaux horizons d'exploration avec les 4 modules ainsi que du soutien à raison de 3h/semaine, pile ce qui est demandé !

Euh... sauf erreur de ma part, l'élève ne fera pas les 4 modules... Mais il doit en choisir 1 sur les 4....

En outre, je ne pense pas que les élèves soient ravis de travailler jusqu'à 5h l'après midi, pour ensuite avoir encore du travail à faire chez eux...

D'autres parts, je ne vois toujours pas comment l'Etat va pouvoir dégager un budget suffisant pour arriver à cela... Etant donné que les lycées sont de la responsabilité des régions, certaines étant plus riches que d'autres, ou moins peuplée que d'autres, il semble que les baccalauréats soient appelé à devenir regionaux.. de même que les enseignements...

Toi, qui est du Jura, me semble-t-il, tu n'es pas sans savoir que les lycées de ta régions n'offrent pas toutes les options, contrairement à certaines régions (la région PACA entre autre). Ce qui va automatiquement provoqué des disparité entre les régions... les plus riches ou moins peuplées, et les régions les moins pauvres ou plus peuplées...

Enfin, il me semble que les CDI ne restent toujours pas ouverts hors des heures de cours des élèves.. .Cela est fort problèmatique dans le cadre du travail personnel, de plus il n'y a aucun "module" de méthodologie du travail en université...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 18:16

sdh.1978 a écrit:
Citation :
Pas du tout puisque la classe de seconde ouvre de nouveaux horizons d'exploration avec les 4 modules ainsi que du soutien à raison de 3h/semaine, pile ce qui est demandé !

Euh... sauf erreur de ma part, l'élève ne fera pas les 4 modules... Mais il doit en choisir 1 sur les 4....

L'élève aura la possibilité de les faire les 4 : 2 pour le premier semestre et 2 pour le second semestre.

sdh.1978 a écrit:
En outre, je ne pense pas que les élèves soient ravis de travailler jusqu'à 5h l'après midi, pour ensuite avoir encore du travail à faire chez eux...

D'autres parts, je ne vois toujours pas comment l'Etat va pouvoir dégager un budget suffisant pour arriver à cela... Etant donné que les lycées sont de la responsabilité des régions, certaines étant plus riches que d'autres, ou moins peuplée que d'autres, il semble que les baccalauréats soient appelé à devenir regionaux.. de même que les enseignements...

Toi, qui est du Jura, me semble-t-il, tu n'es pas sans savoir que les lycées de ta régions n'offrent pas toutes les options, contrairement à certaines régions (la région PACA entre autre). Ce qui va automatiquement provoqué des disparité entre les régions... les plus riches ou moins peuplées, et les régions les moins pauvres ou plus peuplées...

Enfin, il me semble que les CDI ne restent toujours pas ouverts hors des heures de cours des élèves.. .Cela est fort problèmatique dans le cadre du travail personnel, de plus il n'y a aucun "module" de méthodologie du travail en université...

En ce qui concerne les options, je trouve normal que l"on ne puisse pas offrir toutes les options dans une région, après il faut se déplacer quand on veut quelque chose de très spécifique (J'ai un ami qui voulait faire Sciences et Techniques de Laboratoire et bien c'était à Besançon le plus près)....

Pour les C.D.I, je prend l'exemple de mon lycée, le C.D.I n'est fermé que le lundi de 17h à 18h et le vendredi de 17h à18h, des horaires où il n'y a plus grand monde dans le lycée ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 18:37

La semestrialisation n'est pas non plus adapté au cursus lycée, on voit déjà bon nombre d'étudiant qui lache à l'université où le système est généralisé... alors que doit on penser pour les élèves de 14-15 ans ?

Ce n'est pas avec 4 controles par an qu'ils arriveront à se motiver...

Avec la semestrialisation, et le fait que l'on puisse changer de filière entre les deux, via les options (c'est à cela que serviront en réalité les options), je ne pense pas que les résultats seront les mêmes entre un élève ayant suivie une option A et une option B pendant 8 mois / 8 de cours effectifs, qu'un élèves ayant suivie l'option C et D pendant 1 semestre, et l'option A et B pendant le 2nd... il est donc hypocrite de la part du ministre de dire que cela sera en faveur de l'élève.

Pour rester sur les options, je vais t'ennuyer encore quelques temps, mais un élève qui ne choisirait pas la bonne option en septembre n'aura pas les mêmes possibilités de poursuite en septembre prochain et ce même s'il prend l'option en cours d'année... L'exemple de l'unviersité est là criant de réalité. Dans de nombreuses universités, on peut se réorienter entre les 2 premiers semestres de la première année de licence, les statistiques prouvent bien que le taux de réussite n'est pas le même que l'on se soit réorienté ou que l'on ait suivit l'année entière...


Maintenant tu trouves normal que chaque lycée n'offre pas toutes les options, je trouve cela aussi normal. Mais ce que je ne trouve pas normal, c'est que pour suivre une option l'élève doivent changer de région. (ton exemple est un peu caduque : Etival et Besançon ne sont éloignées "que" de 123km...

Le fait qu'il n'y ait plus grand monde de présent, enfin, dans ton lycée justifie t'il automatiquement que personne ne soit interessé par le CDI ? Pourquoi réduis tu mon exemple général à un cas précis ? La réforme ne touchera pas uniqeument le JURA...

Je concluerais cette intervension par la qeustion suivante : si une telle réforme avait été proposé par un gouvernement socialiste l'auriez vous trouvé interressante ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: ine, il faut savoir   Dim 14 Déc 2008 - 19:15

sdh.1978 a écrit:
Ce n'est pas avec 4 controles par an qu'ils arriveront à se motiver...

Les interrogations resteront toujours présentes et en nombre comme maintenant ....

sdh.1978 a écrit:
Avec la semestrialisation, et le fait que l'on puisse changer de filière entre les deux, via les options (c'est à cela que serviront en réalité les options), je ne pense pas que les résultats seront les mêmes entre un élève ayant suivie une option A et une option B pendant 8 mois / 8 de cours effectifs, qu'un élèves ayant suivie l'option C et D pendant 1 semestre, et l'option A et B pendant le 2nd... il est donc hypocrite de la part du ministre de dire que cela sera en faveur de l'élève.

Non mais justement, on parle de seconde GÉNÉRALE, par conséquent, l'élève doit pouvoir découvrir un maximum de matières afin de s'orienter dans ce qu'il réussit/préfère le plus : par exemple : je fais des S.V.T, de la Physique-Chimie et des Maths alors que je souhaite aller en L l'an prochain.

sdh.1978 a écrit:
Pour rester sur les options, je vais t'ennuyer encore quelques temps, mais un élève qui ne choisirait pas la bonne option en septembre n'aura pas les mêmes possibilités de poursuite en septembre prochain et ce même s'il prend l'option en cours d'année... L'exemple de l'unviersité est là criant de réalité. Dans de nombreuses universités, on peut se réorienter entre les 2 premiers semestres de la première année de licence, les statistiques prouvent bien que le taux de réussite n'est pas le même que l'on se soit réorienté ou que l'on ait suivit l'année entière...

Les options permettront de connaitre les bases de la matière nouvel exemple : je fais du latin depuis Septembre et je suis avec des gens qui ont 2, 3 voir 4 années de latin derrière eux et je m'en sort parfaitement puisque l'on revoit les bases !

sdh.1978 a écrit:
Maintenant tu trouves normal que chaque lycée n'offre pas toutes les options, je trouve cela aussi normal. Mais ce que je ne trouve pas normal, c'est que pour suivre une option l'élève doivent changer de région. (ton exemple est un peu caduque : Etival et Besançon ne sont éloignées "que" de 123km...

Mon frère connait quelqu'un qui est dans un lycée spécialisé dans la conduite d'engin de chantier à Aigleton .... Il ne revient que pour les vacances ...

sdh.1978 a écrit:
Le fait qu'il n'y ait plus grand monde de présent, enfin, dans ton lycée justifie t'il automatiquement que personne ne soit interessé par le CDI ? Pourquoi réduis tu mon exemple général à un cas précis ? La réforme ne touchera pas uniqeument le JURA...

Je n'ai jamais dit cela, j'ai juste dit que le C.D.I était ouvert la plupart du temps dans mon lycée et que les heures où il fermait, c'était en fin de journée lorsqu'il y a peu de monde, les élèves intéressés peuvent très bien s'y rendre à un autre moment de la semaine, il faut savoir être prévoyant au lycée ....

sdh.1978 a écrit:
Je concluerais cette intervension par la qeustion suivante : si une telle réforme avait été proposé par un gouvernement socialiste l'auriez vous trouvé interressante ?

J'avoue que le lycée est vieux, le système est vieux et la réforme était nécessaire, cependant, je ne pense pas qu'un gouvernement socialiste aurait présenté la réforme de cette façon mais j'avoue que je n'aurais pas crié "NON" sans en étudier le fond et les possibilités. Après aucun gouvernement socialiste ne l'a fait donc on ne peut comparer ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 19:35

Estéban PIARD a écrit:
sdh.1978 a écrit:
Ce n'est pas avec 4 controles par an qu'ils arriveront à se motiver...

Les interrogations resteront toujours présentes et en nombre comme maintenant ....

Bien que j'ai fais mon lycée dans le privée sous contrat, je sais que les interrogations écrites dans les lycées publics, ce n'est pas ca... Tant en nombre, qu'en qualité...

Dans le public, les Devoirs sur Tables tiennent lieu de contrôles. Ce n'est pas avec 4 gros contrôles par an (2 par semestre, 1 par periode) que l'éleve s'en sortira...

Citation :
Non mais justement, on parle de seconde GÉNÉRALE, par conséquent, l'élève doit pouvoir découvrir un maximum de matières afin de s'orienter dans ce qu'il réussit/préfère le plus : par exemple : je fais des S.V.T, de la Physique-Chimie et des Maths alors que je souhaite aller en L l'an prochain.

Tu n'as pas bien lu la réforme. Elle vise à s'appliquer à TOUTES les secondes : Générale et Téchnologique.
D'autres parts, certes le changements pourra s'effectuer sur initiative de l'éleve, mais cela se réalisera également sur initiative des enseignants... et dans ce cas cela n'aura pas pour objet de permettre de "découvrir", masi de réorienter ml'élève en cours d'année...

Citation :
Les options permettront de connaitre les bases de la matière nouvel exemple : je fais du latin depuis Septembre et je suis avec des gens qui ont 2, 3 voir 4 années de latin derrière eux et je m'en sort parfaitement puisque l'on revoit les bases !

Je doute qu'un enseignant reprenne les bases d'un semestre sur l'autre moi... La preuve est qu'en Université, l'élève qui se réoriente entre les 2 premiers semestre doit se debrouilelr pour rattrapper le niveau... L'enseignant ne reprend pas au début. Ce qu'il peut faire en début d'année, il ne peut le faire en milieu, au risque de pénaliser la majorité...

Citation :
Mon frère connait quelqu'un qui est dans un lycée spécialisé dans la conduite d'engin de chantier à Aigleton .... Il ne revient que pour les vacances ...

Qu'est ce que cela prouve ? Rien ! Car c'est un cas parmis des milliers... Et je doute fort que tes parents soient RMIstes...

Citation :
Je n'ai jamais dit cela, j'ai juste dit que le C.D.I était ouvert la plupart du temps dans mon lycée et que les heures où il fermait, c'était en fin de journée lorsqu'il y a peu de monde, les élèves intéressés peuvent très bien s'y rendre à un autre moment de la semaine, il faut savoir être prévoyant au lycée ....

Le CDI est un service à disposition des élèves, ce n'est pas aux élèves de devoir sacrifier leurs études pour se rendre au CDI. Le CDI doit être ouvert hors des heures de cours...

Citation :
J'avoue que le lycée est vieux, le système est vieux et la réforme était nécessaire


Sais tu de quand date la dernière réforme ?

Citation :
cependant, je ne pense pas qu'un gouvernement socialiste aurait présenté la réforme de cette façon mais j'avoue que je n'aurais pas crié "NON" sans en étudier le fond et les possibilités. Après aucun gouvernement socialiste ne l'a fait donc on ne peut comparer ...

Euh.. crois tu que les syndicats opposés à la reforme crient "non" sans avoir réfléchit à la reforme ? Moi qui ne suis même plus au lycée depuis fort longtemps, j'ai même étudié la réforme, je l'ai critiqué sur ce qui était criticable, j'ai lu les propositions de l'UNL, je les ai également critiqué, aurpès d'un membre de leur BN, car il est vrai que certianes de leurs propositions pourraient être améliorer, mais bon...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 19:42

sdh.1978 a écrit:
Tu n'as pas bien lu la réforme. Elle vise à s'appliquer à TOUTES les secondes : Générale et Technologique.
D'autres part, certes le changement pourra s'effectuer sur initiative de l'élève, mais cela se réalisera également sur initiative des enseignants... Dans ce cas cela n'aura pas pour objet de permettre de "découvrir", mais de réorienter l'élève en cours d'année...

Bien au contraire, en explorant les 4 modules, on se rend compte de ce que l'on préfère et on peut ainsi mieux s'orienter et ne pas dire "Moi je veux faire S" parce que c'est la filière par excellence !

sdh.1978 a écrit:
Je doute qu'un enseignant reprenne les bases d'un semestre sur l'autre moi... La preuve est qu'en Université, l'élève qui se réoriente entre les 2 premiers semestres doit se débrouiller pour rattraper le niveau... L'enseignant ne reprend pas au début. Ce qu'il peut faire en début d'année, il ne peut le faire en milieu, au risque de pénaliser la majorité...

Je suis bien d'accord mais le niveau ne sera pas un niveau de terminale, avec un minimum de travail, on arrive à tout en seconde !

sdh.1978 a écrit:
Et je doute fort que tes parents soient RMIstes...

En effet, mes parents ne sont pas RMIstes et alors ? Quel est le rapport ?

sdh.1978 a écrit:
Le CDI est un service à disposition des élèves, ce n'est pas aux élèves de devoir sacrifier leurs études pour se rendre au CDI. Le CDI doit être ouvert hors des heures de cours...

Bien entendu ! Comme ça le documentaliste bosse bien plus que les autres professeurs ! Non mais il ne faut pas rêver ! Les lycéens ne restent pas au lycée après 18h, ils se barrent et rentrent chez eux, et pour cela, il existe des bibliothèques ...

sdh.1978 a écrit:
Sais tu de quand date la dernière réforme ?

Je parlais d'une profonde réforme ! Un truc de grandiose pas la petite réformette et voila ...

sdh.1978 a écrit:
Euh.. crois tu que les syndicats opposés à la reforme crient "non" sans avoir réfléchit à la reforme ? Moi qui ne suis même plus au lycée depuis fort longtemps, j'ai même étudié la réforme, je l'ai critiqué sur ce qui était critiquable, j'ai lu les propositions de l'UNL, je les ai également critiquées, auprès d'un membre de leur BN, car il est vrai que certaines de leurs propositions pourraient être améliorées, mais bon...

De trop nombreux lycéens ne savent même pas pourquoi ils manifestent ! Du moment qu'ils peuvent manquer un cours il le font... C'est déplorable... Et sans impact qui plus est...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 20:12

Citation :
Bien au contraire, en explorant les 4 modules, on se rend compte de ce que l'on préfère et on peut ainsi mieux s'orienter et ne pas dire "Moi je veux faire S" parce que c'est la filière par excellence !

La filière S ne sera plus une filière d'excellence selon toi ? Je pense que là tu te trompes lourdement... La réforme Darcos vise au contraire à rendre à la filière S son caractère d'excellence...

Ce n'est pas en "testant" les modules en 2nde, en 1 semestre qui plus est, que l'élève pourra se faire une idée de ce qui l'attend réellement... Quand bien même cela serait le cas, un ado de 15-16 ans qui sait en novembre qu'il changera en janvier de module ne sera plus tenté de produire les efforts nécessaires pour s'en sortir comme s'il continuait...

Citation :
Je suis bien d'accord mais le niveau ne sera pas un niveau de terminale, avec un minimum de travail, on arrive à tout en seconde !

Euh... puis je savoir en quelle classe tu es pour dire cela ?
D'autre part, comme tu dis que tes parents ne sont pas RMIstes, puis-je connaitre ton milieu social ?

Citation :
En effet, mes parents ne sont pas RMIstes et alors ? Quel est le rapport ?

Le rapport est fort simple : ils peuvent aider financièrement ton frère en cas de nécessité...

Citation :
Bien entendu ! Comme ça le documentaliste bosse bien plus que les autres professeurs ! Non mais il ne faut pas rêver ! Les lycéens ne restent pas au lycée après 18h, ils se barrent et rentrent chez eux, et pour cela, il existe des bibliothèques ...

Euh... en ayant cours jusqu'à 19h (avec le programme que tu leur suggère), ca m'étonnerait fort qu'il reste après certes... Les bibliothèques nécessitent de l'argent pour s'abonner... Le CDI n'en nécessite pas Wink

Citation :
Je parlais d'une profonde réforme ! Un truc de grandiose pas la petite réformette et voila ...

Moi aussi... Je pense que les syndicats qui sont opposés à cette réforme ont été déçus de la réformette Darcos...

Citation :
De trop nombreux lycéens ne savent même pas pourquoi ils manifestent ! Du moment qu'ils peuvent manquer un cours il le font ... C'est déplorable ... Et sans impact qui plus est ...

Tu penses que l'on peut prendre pour argent comptant ce que dit Xavier Darcos, par le biais de TF1 ? Si oui, il te manque un peu d'esprit critique...
Tu penses que ceux qui manifestent ne sont pas au courant qu'ils devront rattraper leur retard à un moment ou à un autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 20:35

sdh.1978 a écrit:
Citation :
Bien au contraire, en explorant les 4 modules, on se rend compte de ce que l'on préfère et on peut ainsi mieux s'orienter et ne pas dire "Moi je veux faire S" parce que c'est la filière par excellence !

La filière S ne sera plus une filière d'excellence selon toi ? Je pense que là tu te trompes lourdement... La réforme Darcos vise au contraire à rendre à la filière S son caractère d'excellence...

La réforme met sur un même pied d'égalité toutes les filières !

sdh.1978 a écrit:
Ce n'est pas en "testant" les modules en 2nde, en 1 semestre qui plus est, que l'élève pourra se faire une idée de ce qui l'attend réellement... Quand bien même cela serait le cas, un ado de 15-16 ans qui sait en novembre qu'il changera en janvier de module ne sera plus tenté de produire les efforts nécessaires pour s'en sortir comme s'il continuait...

Vous n'êtes pas assez renseigné ... Un élève pourra, à l'issue du premier semestre soit : changer un module seulement soit changer les deux modules soit garder les deux qu'il a.

sdh.1978 a écrit:
Euh... puis je savoir en quelle classe tu es pour dire cela ?

Désolé je voulais dire seconde.

sdh.1978 a écrit:
D'autre part, comme tu dis que tes parents ne sont pas RMIstes, puis-je connaitre ton milieu social ?

Mon père est chef d'entreprise et ma mère exerce une profession libérale... Cela vous donne une idée ?

sdh.1978 a écrit:
Le rapport est fort simple : ils peuvent aider financièrement ton frère en cas de nécessité...

Mon frère connait quelqu'un

sdh.1978 a écrit:
Euh... en ayant cours jusqu'à 19h (avec le programme que tu leur suggère), ça m'étonnerait fort qu'ils restent après certes... Les bibliothèques nécessitent de l'argent pour s'abonner... Le CDI n'en nécessite pas Wink

Oui mais les lycéens n'ont pas cours 40h/40 .... A eux de s'organiser une semaine avant de rendre leur recherche pour se rendre au C.D.I ...

sdh.1978 a écrit:
Tu penses que l'on peut prendre pour argent comptant ce que dit Xavier Darcos, par le biais de TF1 ? Si oui, il te manque un peu d'esprit critique...
Tu penses que ceux qui manifestent ne sont pas au courant qu'ils devront rattraper leur retard à un moment ou à un autre ?

Je l'ai vu dans mon propre lycée ! Les élèves ne se sont pas du tout renseignés sur la véritable réforme et son contenu et son embrigadés par quelques meneurs ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 20:37

D'autre part, pour conclure mon argumentation sur les défauts de la semestrialisation à l'échelle des lycées. On pourrait considérer ton point de vue comme plausible, à savoir de conserver le même nombre d'interrogations écrites, si les enseignants étaient payés en conséquence, or tu sais, comme moi, je suppose, que la rémunération des enseignants sera de plus en plus au mérite, ce qui aura pour effet direct, si le professeur veut une bonne rémunération de ne pas faire d'IE pour rattraper le niveau...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 20:47

Estéban PIARD a écrit:
sdh.1978 a écrit:
Citation :
Bien au contraire, en explorant les 4 modules, on se rend compte de ce que l'on préfère et on peut ainsi mieux s'orienter et ne pas dire "Moi je veux faire S" parce que c'est la filière par excellence !

La filière S ne sera plus une filière d'excelence selon toi ? Je pense que là tu te trompes lourdement... La réforme Darcos vise au contraire à rendre à la filière S son caractère d'excelence...

La réforme met sur un même pied d'égalité toutes les filières !

Crois tu réelement qu'une filière Technologique aura un jour les mêmes débouchées qu'une filière générales ? Penses-tu qu'un éléves titulaire d'un bac L aura le même niveau qu'un élève ayant le bac S ? ou le bac ES ?

Esteban Piard a écrit:
sdh.1978 a écrit:
Ce n'est pas en "testant" les modules en 2nde, en 1 semestre qui plus est, que l'élève pourra se faire une idée de ce qui l'attend réelement... Quand bie nmême cela serait le cas, un ado de 15-16 ans qui sait en novembre qu'il changera en janvier de module ne sera plsu tenté de produire les efforts nécessaires pour s'en sortir comme s'il continuait...
Vous n'êtes pas assez renseigné ... Un élève pourra, à l'issue du premier semestre soit : changer un module seulement soit changer les deux modules soit garder les deux qu'il a.
+
Citation :
Mon frère connait quelqu'un


Je ne vois pas bien ce que cela vient faire ici... où tu n'as pas bien compris ce que j'ai dis, ou tu n'as plus aucun arguement à faire valoir pour défendre la réforme, masi en tout cas ta réponse est totalement HS. LA question n'est pas de savoir si l'élève pourra ou pas changer d'option, la qeustion est de savoir si les lycéens auront, dans leurs lycées, un assez grand panel d'option pour pouvoir choisir, ou est-ce qu'ils devront partir dans d'autres lycées pour faire l'opiton qu'ils désirent, ce qui aura pour effet d'accroitre leurs dépendances à l'argent (via le fait d'effectuer des petits bolots (Mac DO, flunch..) qui pénsaliseront forcément leurs études, ou d'être dépendant de leur parent (dans le cas, où bien sur ceux ci pourraient les aider financièrement), de toute évidence, cela n'augmentera pas leur degrès d'indépendance, comme ton frève, qui "dépned" de ses connaissances)




Citation :
Oui mais les lycéens n'ont pas cours 40h/40 .... A eux de s'organiser une semaine avant de rendre leur recherche pour se rendre au C.D.I ...

Les élèves n'ont pas à sacrifier leur temps libres pour se rendre au CDI...

Citation :
Je l'ai vu dans mon propre lycée ! Les élèves ne se sont pas du tout renseignés sur la véritable réforme et son contenu et son embrigadés par quelques meneurs ....

Tu tiens là un raisonnement circulaire... Donc automatiquement faux et facilement démontable d'ailleurs pour preuve je te le montre à l'instant : En quoi les élèves de ton lycée sont ils représentatifs de l'ensemble des élèves de France ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 21:27

Esteban Piard a écrit:
sdh.1978 a écrit:
Ce n'est pas en "testant" les modules en 2nde, en 1 semestre qui plus est, que l'élève pourra se faire une idée de ce qui l'attend réellement... Quand bien même cela serait le cas, un ado de 15-16 ans qui sait en novembre qu'il changera en janvier de module ne sera plus tenté de produire les efforts nécessaires pour s'en sortir comme s'il continuait...
Vous n'êtes pas assez renseigné ... Un élève pourra, à l'issue du premier semestre soit : changer un module seulement soit changer les deux modules soit garder les deux qu'il a.
+
Citation :
Mon frère connait quelqu'un


Je ne vois pas bien ce que cela vient faire ici... où tu n'as pas bien compris ce que j'ai dit, ou tu n'as plus aucun argument à faire valoir pour défendre la réforme, mais en tout cas ta réponse est totalement HS. La question n'est pas de savoir si l'élève pourra ou pas changer d'option, la question est de savoir si les lycéens auront, dans leurs lycées, un assez grand panel d'option pour pouvoir choisir, ou est-ce qu'ils devront partir dans d'autres lycées pour faire l'option qu'ils désirent... Ce qui aura pour effet d'accroitre leurs dépendances à l'argent (via le fait d'effectuer des petits boulots (Mac DO, flunch..) qui pénaliseront forcément leurs études, ou d'être dépendant de leur parent (dans le cas, où bien sur ceux ci pourraient les aider financièrement), de toute évidence, cela n'augmentera pas leur degrés d'indépendance, comme ton frère, qui "dépend" de ses connaissances)[/quote]

D'autre part, l'argumentation est celle que tient Lucie Boussier dans la vidéo en introduction.
Mais, on pourrait aller au delà, en argumentant sur le fait que l'arrangement dont "bénéficie" ton frère le rend forcément dépendant de son "bienfaiteur"...
Si c'est ce que vous souhaitez pour les autres, cela n'est pas pour me rassurer. Car devoir dépendre de quelqu'un ou de quelque chose pour suivre des études n'est pas être indépendant. Or, l'Etre Humain est fait pour vivre libre (c'est d'ailleurs les principes de la droite Sarkozyste me semble-t-il ?).

Il me semble en outre que le fait que les options ne sont pas dans tous les lycées provoquera donc bien entendu une sorte de sélection par la fortune, favorable aux élèves dont les parents pourront financièrement les aider, ou à ceux qui sauront être docile, ou s'être fait des "amis" riches...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 23:13

Une réforme du lycée, des postes supprimés : les lycéens continueront la mobilisation le 18 décembre !

Paris, le 10 Décembre 2008.


Ce sont des milliers de manifestants qui ont battus les pavés aujourd’hui, afin de continuer la lutte contre la casse du service public d’éducation. Des centaines de lycées ont également été bloqués et occupés dans toute la France au cours de ces trois derniers jours.


Ce sont près de 1500 personnes à Tours, 2000 à Marseille, 3000 à Clermont Ferrand et plusieurs centaines à Paris qui ont manifesté une fois encore contre la politique éducative menée par le gouvernement ne répondant en rien aux attentes et aux besoins de l’ensemble de la communauté éducative, et tout particulièrement des lycéens. Après le succès de la journée de mobilisation du 20 novembre, les syndicats souhaitaient se mobiliser à nouveau et ce fut une fois de plus une grande réussite et en particulier du côté lycéen. En effet, la totalité des lycées de Dordogne étaient bloqués, 35 en Normandie mais aussi 4 lycées sur 5 à Avignon et un tiers des lycées étaient bloqués à Marseille.

Lors des mobilisations de ces trois deniers jours nous avons pu constater des actes violents, même s’ils restent très marginaux. L’Union Nationale Lycéenne ne cautionne en rien ces violences et fait tout pour les éviter dans les cortèges. Au vu du climat général qui s’est installé, nous demandons une nouvelle fois au gouvernement de revenir sur sa réforme du lycée et sur les suppressions de postes dans l’éducation, au risque de voir apparaître un véritable rapport de force.

L’UNL se félicite de la réussite de cette journée du 10 décembre et appelle les lycéens à continuer les mobilisations locales en occupant les lycées avec les professeurs dans la nuit du 15 décembre. De plus, l’Union Nationale Lycéenne appelle dès à présent à des manifestations le jeudi 18 décembre afin de continuer à faire entendre la Voix Lycéenne et à lutter contre la casse générale d’un service public qui nous est cher : celui de l’Education !


Lucie Bousser
Présidente de l'Union Nationale Lycéenne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Lun 15 Déc 2008 - 2:47

Petit retour en arrière

Citation :
Sciences Économiques et Sociales, vous étudiez la société, un peu l'économie je crois des phénomènes comme "la famille", le chômage etc etc ...

Le module de sciences economiques et social serait en fait une fusion entre les SES et l'éco-gestion en laissant tombé la sociologie.

Force est de constater que le module de science économique et sociale dépouvue de la sociologie, désabillée de sa valeur de nécessité première de réfléchir sur les questions d'actualité ne servira à rien dans la construction de l'adulte, si ce n'est à en faire de bons petits soldats à la solde des puissants.

Pour étudier les phénomènes que tu cites, il convient de reflechir sur la structure de la population du groupe de réference, d'en comprendre les comportements internes au groupe que l'on a pris pour référence, de comprendre leur réaction face aux médias, à la famille, ou au travail... En d'autre terme de faire de la sociologie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» INTERVIEW DE BERNARD THOUANEL / 5 NOVEMBRE 2009
» Questions de Lucie
» recherche lucie
» Prophétie de Lucie de Fatima
» Questions & ideas for a filmed interview.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Elus Lycéens :: Espace privé :: Archives-
Sauter vers: