AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexionAdhérer
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
Marque Pages
 
----------------
 
 
----------------
 
 
----------------
Mentions légales du forum
Sondage
Vous sentez-vous représentés par vos élus lycéens ?
Oui
50%
 50% [ 34 ]
Non
47%
 47% [ 32 ]
autres
3%
 3% [ 2 ]
Total des votes : 68
Statistiques
Nous avons 458 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Bernabe80

Nos membres ont posté un total de 18246 messages dans 1374 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 32 le Mer 4 Déc 2013 - 17:00
Mots-clés

Partagez | 
 

 Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 19:08

Revenir en haut Aller en bas
Ben-G
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Munster
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 20:09

Ouah, c'est bien de parler de la politique économique sur un sujet tel que l'éducation ! Complétement hors sujet... On a vraiment l'impression qu'elle a appris sa leçon par coeur et qu'elle raconte n'importe quoi quand elle a perdu le fil...
Bon et je voudrais pas critiquer plus, mais elle a dit exactement ce qui me fait dresser les cheveux sur ma tête... "C'est légitime qu'ils veulent casser"... Comment peut on dire ça et vouloir être crédible politiquement ?
Comment voulez vous qu'on ne fasses pas d'amalgame entre l'UNL et les casseurs ? Quand la porte parole/présidente du syndicat donne une légitimité aux casseurs...
C'est du jolie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 21:16

Ben a raison, elle a apprit son texte par cœur et elle le recrache devant les caméras !
Comment peut on dire que manifester c'est bien et que M. DARCOS ne prend as en compte l'avis des lycéens ? Comment peut on se permettre de lancer ça à la T.V alors que 600 lycéens aussi bien U.N.L que F.I.D.L que U.N.I sont allés à Polytechnique et que l'U.N.I-Lycées a lancé une "Consultation Nationale" remise au Ministre.
De plus, les mecs qui manifestent ne connaissent rien au contenu précis de la réforme de Septembre ! Ils sont allés une fois à une manif' et on leur a bien bourré le crâne au mégaphone, depuis ils retournent toujours sans s'être renseigné autre que lors des rassemblements ! Comment peut-on être crédible avec ça ?! Les gars n'y connaissent rien mais protestent, du moment qu"ils sèchent les cours .... Et en plus ils sont couverts par l'U.N.L donc c'est bon ...
"Le mouvement va perdurer après les vacances", ben tiens ! avant, après mais surtout pas pendant, ah non non, on va quand même passer un joyeux noêl ensemble et on reviendra vous faire chier après !
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
The people important
The people important
avatar

Masculin
Nombre de messages : 767
Age : 28
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/02/2008

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 21:44

Estéban PIARD a écrit:
Ben a raison, elle a apprit son texte par cœur et elle le recrache devant les caméras !

Pas tout à fait faux sur ce point mais ...

Estéban PIARD a écrit:

Comment peut on dire que manifester c'est bien et que M. DARCOS ne prend pas en compte l'avis des lycéens ? Comment peut on se permettre de lancer ça à la T.V alors que 600 lycéens aussi bien U.N.L que F.I.D.L que U.N.I sont allés à Polytechnique et que l'U.N.I-Lycées a lancé une "Consultation Nationale" remise au Ministre.
Heureusement qu'il y a des guillemets à la consultation nationale de l'UNI.
Disons que la consultation du 15 a été vraiment une consultation qui disait : "on a notre réforme, vous préférez qu'on l'applique comment, mais on ne vous en donne pas le détail"
Et Darcos n'a jamais pris en compte l'avis de lycéens autres que de l'UNI je crois.

Estéban PIARD a écrit:
De plus, les mecs qui manifestent ne connaissent rien au contenu précis de la réforme de Septembre ! Ils sont allés une fois à une manif' et on leur a bien bourré le crâne au mégaphone, depuis ils retournent toujours sans s'être renseigné autre que lors des rassemblements ! Comment peut-on être crédible avec ça ?! Les gars n'y connaissent rien mais protestent, du moment qu'ils sèchent les cours .... Et en plus ils sont couverts par l'U.N.L donc c'est bon ...
Ceux qui connaissent le contenu précis sont au ministère entre nous.
Ceux qui ont conscience des risques que son orientation provoque sont dans la rue.

Estéban PIARD a écrit:
"Le mouvement va perdurer après les vacances", ben tiens ! avant, après mais surtout pas pendant, ah non non, on va quand même passer un joyeux noêl ensemble et on reviendra vous faire chier après !
Tu as du participer à beaucoup de mouvement lycéens toi Razz
Les vacances de Noël serviront aussi à se réorganiser pour la rentrée.


Et après on critique des "jeunes manipulés" ben voyons ....
Revenir en haut Aller en bas
Matis Pellerin
Trésorier National
Administrateur

avatar

Masculin
Nombre de messages : 511
Age : 27
Localisation : Academie de Versailles
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 22:29

Estéban PIARD a écrit:
Ben a raison, elle a apprit son texte par cœur et elle le recrache devant les caméras !

oué c'est domage ca fait trop par coeur ^^

_________________

Elu CAVL et CNVL de l'Academie de Versailles [2006-2008]

Membre du Conseil National de la Jeunesse
Représentant Extérieur du CNJ à la Francophonie et aux relations Internationales (CIJEF & OFQJ)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 22:50

Citation :
Estéban PIARD a écrit:
De plus, les mecs qui manifestent ne connaissent rien au contenu précis de la réforme de Septembre ! Ils sont allés une fois à une manif' et on leur a bien bourré le crâne au mégaphone, depuis ils retournent toujours sans s'être renseigné autre que lors des rassemblements ! Comment peut-on être crédible avec ça ?! Les gars n'y connaissent rien mais protestent, du moment qu'ils sèchent les cours .... Et en plus ils sont couverts par l'U.N.L donc c'est bon ...
Ceux qui connaissent le contenu précis sont au ministère entre nous.
Ceux qui ont conscience des risques que son orientation provoque sont dans la rue.

Voila un peu de quoi se documenter précisément sur le site du Ministère de l'Education Nationale
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Ven 12 Déc 2008 - 23:34

Ben-G a écrit:
Ouah, c'est bien de parler de la politique économique sur un sujet tel que l'éducation ! Complétement hors sujet... On a vraiment l'impression qu'elle a appris sa leçon par coeur et qu'elle raconte n'importe quoi quand elle a perdu le fil...

Pas vraiment HS, surtout pour ceux qui pensent qu'il faut réduire le budget de l'EN Wink

Citation :
Bon et je voudrais pas critiquer plus, mais elle a dit exactement ce qui me fait dresser les cheveux sur ma tête... "C'est légitime qu'ils veulent casser"... Comment peut on dire ça et vouloir être crédible politiquement ?
Comment voulez vous qu'on ne fasses pas d'amalgame entre l'UNL et les casseurs ? Quand la porte parole/présidente du syndicat donne une légitimité aux casseurs...
C'est du jolie...

Je ne crois pas qu'elle ait tenu ce genre de propos. De mémoire, elle a dit que comme les journalistes ne parlaient des mouvements que lorsqu'il y avait de la violence, il était donc légitime de casser.

Elle a quand même indiqué que l'UNL ne soutenait pas les casseurs.

Citation :
Voila un peu de quoi se documenter précisément sur le site du Ministère de l'Education Nationale

Voilà l'analyse du BN de l'UNL au sujet de cette réforme :

Citation :
Antoine a écrit:

LA REFORME DE LA SECONDE : ANALYSE ET ARGUMENTAIRE DE L’UNL


Propositions ministérielles et analyses de l’UNL :

• Organisation des heures d’enseignements :

 Découpage de l’année en 2 semestres.
Le ministère souhaite découper l’année en deux semestres, alors que nous savons pertinemment que 3 trimestres sont nécessaires afin de réaliser une bonne année de seconde. En effet, le premier trimestre sert essentiellement à s’adapter au lycée, le second à réfléchir à son orientation en fonction de ses capacités et le dernier à confirmer son choix. De plus, pourquoi perturber le rythme scolaire des élèves qui passent déjà du collège au lycée ? C’est pourquoi la mise en place de cette semestrialisation réduira inévitablement les chances de réussites des lycéens.
Si l’UNL peut concevoir une certaine semestrialisation c’est dans le cadre d’une réforme du Bac, sur l’année de 1ère et de Terminale, avec des « partiels » nationaux qui permettraient d’éviter le « bachotage ». Or la réforme du Bac n’est toujours pas, malheureusement, à l’ordre du jour ; quelque chose qui est inconcevable vu l’ampleur de la réforme proposée par Darcos.

 Mise en place de 4 conseils de classe par an
Pour remédier au peu de suivi lié à la semestrialisation, le ministère a proposé la mise en place de 4 conseils de classe, deux généraux en fin de semestre et deux au milieu de ces semestres afin de « faire un point sur chaque élève ». Ces deux conseils de classes ont été rajoutés afin de diminuer la colère des organisations lycéennes et enseignantes mais ils ne répondent pas aux attentes de ces dernières. En effet, les enseignants auront-ils assez de notes pour évaluer réellement l’élève ? Si ces conseils de classes ne servent qu’à « faire un point sur chaque élève », seront-ils vraiment utiles ? bien réalisés ? Et comment seront-ils réalisés ? On ne peut régler les questions d’orientation en 5 minutes par élève et sans la présence de l’intéressé. Ces conseils ne sont, finalement, que des gadgets dans cette réforme mais aussi une dangereuse façon de se décharger du problème en n’investissant pas. En effet, on constate un besoin réel d’information, d’interlocuteur, de temps pour se renseigner, de conseillers véritablement formés…


 Mise en place d’une semaine de bilan et d’orientation entre les deux semestres.
La mise en place d’une semaine banalisée consacrée à l’orientation ne doit pas se faire au détriment de l’orientation tout au long de l’année. De plus, cette semaine ne doit pas être un jugement des capacités de l’élève par un conseiller d’orientation psychologue comme cela risque d’être le cas.
C’est dès le collège que ces questions d’orientation doivent être réellement abordées.

 Organisation modulaire des enseignements : 21 heures d'enseignements généraux de tronc commun, 6 heures d'enseignements complémentaires et 3 heures d'accompagnement personnalisé.
Si l’on compte bien, cela fait un totale de 30 heures d’enseignement hebdomadaires, ce qui ne donne pas aux élèves la possibilité de s’épanouir dans des activités extra scolaires. De plus, c’est la preuve de l’incohérence du ministère qui parlait depuis le début du processus de réforme d’une semaine de cours de 27 heures.

• L’organisation des matières :

 Trois heures hebdomadaires d’accompagnement personnalisé (aide méthodologique, travail interdisciplinaire, travail d’expertise).
Comment la répartition des élèves sera-t-elle faite dans les divers cours d’accompagnement personnalisé? En fonction de leurs aptitudes, de leurs envies ou de la place disponible dans les cours?

 Enseignements généraux : histoire géographie, français, mathématiques, EPS, langues vivantes et sciences expérimentales.
« Sciences expérimentales » c'est-à-dire la réunion de la physique-chimie et des Sciences de la Vie et de la Terre. Les sciences expérimentales sont déjà appliquées dans certains lycées. Les conséquences de cette fusion de matières ne seront que négatives. En effet, les élèves vont mélanger les notions des deux disciplines et ne vont pas les associer ; les cours de sciences deviendront ainsi totalement confus, faisant progresser l’échec scolaire.

 modules d’enseignements complémentaires à choisir parmi les domaines suivants : humanité, sciences, sciences de la société et technologie :
Cela ne reviendrait il pas à choisir entre les différentes filières possibles avec comme objectif d’orienter les élèves dans la matière où ils ont les meilleurs résultats et non dans celle qui leurs plaît le plus. De plus, le fait d’insérer la notion de module au sein de cette réforme ne fait que la rende plus confuse, est-ce des options ?des heures de cours comme à l’université ? Si ce dernier cas est vérifié, n’est ce pas amener les problèmes de l’université au lycée ? (on ne parle pas des changements en milieu d'année ? - Paragraphe peu clair et peu convaincant par rapport aux problèmes générés par organisation de ces modules dans le temps, je pense – On pourrait aussi parler du fait qu'il n'y a pas de mention des classes "Europe", des classes danse, théâtre, musique, etc.)



Les propositions de l’UNL pour la classe de seconde :
Organisation des cours :
La classe de seconde dans le système éducatif actuel n'est ni adapté à l'épanouissement social du lycéen, ni à son rythme biologique, par conséquent son éducation en cette classe si importante qu'est la seconde est mis à mal. Pour résoudre ceci, l'Union Nationale Lycéenne propose :
 Des journées n’excédant pas 6h de cours.
 Les cours magistraux le matin, les cours plus vivants l’après midi.
 1 heure de Sciences Economiques et Sociales pour tous les lycéens de seconde.
 1 heure de Philosophie dès la seconde.

 Voici la proposition de l’UNL de l’emploi du temps d’un élève de seconde :
-Education Physique et Sportive : 2h -Sciences de la Vie et de la Terre : 2h30
-Français : 3h -Physique-Chimie : 2h30
-Histoire : 3h -Philosophie : 1h
-Maths : 3h -Sciences Economiques et Sociales : 1h
-LV1 : 3h -ECJS : 1h
-LV2 : 2h TOTAL : 27 heures de cours


Pédagogie :
Les lycéens d'aujourd'hui ont beaucoup de mal à s'adapter au lycée en classe de seconde. Pour éviter que les lycéens ne s'adaptent pas et soient pénalisés pour le reste de leurs années de lycée, l'Union Nationale Lycéenne propose :

 Mise en place d’un véritable programme pour l’ECJS comprenant l'apprentissage des droits lycéens, de l’utilité de s’engager au sein de son lycée et du rôle des instances de la démocratie lycéenne.
 4h de méthodologie en début de seconde.
 Travaux en petit groupes dès la seconde.
 Plus d’apprentissage par les nouvelles technologies (internet, films, rétroprojecteurs…)


Vie Lycéenne :
Le lycée est un lieu d'étude, mais également un lieu de vie. Pour développer cette vie dans le lycée, l'Union Nationale Lycéenne propose :
 Accès internet facilité (Wifi dans tous les lycées…)
 CDI ouverts tout les jours de cours sans interruptions.
 Mise en place du Service Public d’Aide Scolaire (SPAS).
 Généralisation des Maisons Des Lycéens (MDL).
 Revalorisation des instances de Démocratie Lycéenne.
 Meilleure information sur ces instances et mise en place d’une journée banalisée, dite « Journée Citoyenne » lors des élections.

Orientation :
Actuellement l’orientation est un des plus importants problèmes du système éducatif. Pour l’améliorer, l’Union Nationale propose qu’il y ait un(e) :
 Mise en place d’une « journée orientation » lors du second trimestre où les élèves iraient au Centre d’Information et Orientation s’informer sur les filières et les métiers.
 Mise en place d’un portail internet d’orientation gratuit et performant.
 Mise en place d’une journée banalisée où les élèves de première et de terminale viendraient présenter leurs filières aux élèves de seconde.
 Véritable formation des Conseiller d’Orientation Psychologue (COPSY).
 Véritable suivi des élèves par les Conseiller d’Orientation Psychologue (COPSY).


Voici la majorité des propositions de l’UNL, le reste des propositions et la précision de celles-ci se trouve dans les dossiers de l’UNL téléchargeables sur le site : www.unl-fr.org
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 0:25

Voici également une analyse du magasine L'Etudiant

Quels changements pour la seconde ?

La seconde aujourd’hui

Dès la fin de troisième, les élèves doivent choisir les options suivies au lycée. Certaines d’entre elles sont obligatoires : ce sont les "enseignements de détermination". Les autres sont facultatives.

Les enseignements de détermination ne contraignent pas à aller dans la première correspondante. Par exemple, même si vous avez pris SES (sciences économiques et sociales) en seconde, rien ne vous oblige à aller en série ES en première. Selon les textes de l’Education nationale, "après la classe de seconde générale et technologique, les élèves peuvent demander à accéder à une classe de première ne correspondant pas à leurs enseignements optionnels de seconde". Voilà pour la théorie…

Seul hic : c’est le conseil de classe qui décide… Dans les faits, selon les choix des options de détermination faits en entrant en seconde, certaines portes peuvent donc se fermer. Par exemple, vous ne pourrez pas aller en première générale, STG (sciences et techniques de gestion) ou STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) si vous n’avez pas choisi l’option LV2 (langue vivante 2) en seconde (qui ne fait pas partie du tronc commun).
Ce système oblige ainsi des jeunes à redoubler la seconde avec les "bonnes" options pour intégrer la première de leur choix.


La seconde en 2009


Plus généraliste, la nouvelle classe de seconde permettrait aux lycéens de prendre le temps de construire leur orientation.

Pour cela, place au découpage en semestres. "L’année scolaire divisée en trimestres n’est pas satisfaisante. Le premier trimestre est long, lourd et fatigant alors que le troisième ne s’étale que sur deux mois – au mieux – et impose un rythme infernal aux élèves. Les bilans viennent trop tôt (en décembre) ou trop tard (en avril-mai). Il faut repenser le temps scolaire", a affirmé Xavier Darcos, le ministre de l’Education nationale. Ainsi, quatre rendez-vous annuels devraient être instaurés : deux conseils de classe à la fin de chaque semestre et deux conseils de mi-semestre, moins formels, qui pourraient prendre la forme d’entretiens élève/professeurs pour faire le point sur les difficultés rencontrées. "Une semaine de bilan et d’orientation" s’intercalerait entre les deux parties de l’année. Elle pourrait être consacrée à des exercices, des oraux, des entretiens, etc. Si l’élève n’est pas satisfait de ses choix d’options de premier semestre, il pourrait en changer au second.

Concrètement, les enseignements généraux (français, LV1, LV2, maths, histoire-géo et éducation civique, EPS et sciences expérimentales) seraient répartis sur 21 heures hebdomadaires. Ce bloc pourrait être enrichi de quatre modules "d’exploration" (deux par semestres) puisés dans les quatre familles de disciplines (humanités et arts, sciences, sciences de la société et technologies) que l’on retrouverait en première et terminale. Au menu : arts, gestion, sciences écos, langues anciennes, etc. Ces cours prendraient six heures par semaine.
A noter : il aurait été un temps question d’éliminer les sciences physiques et les sciences de la vie et de la Terre du tronc commun et de les mettre en options. Face à la grogne des professeurs, Xavier Darcos a démenti et précisé que les sciences expérimentales feront bien partie du bloc d’enseignements généraux à la rentrée 2009. De même, le ministre "se pose la question" d'introduire de "l'économie" (exit l’aspect social) dans le tronc commun de la future seconde.
On ne sait pas encore si les choix de modules seront totalement libres ou si des contraintes seront imposées. Selon le SNES (principal syndicat d’enseignants), "il faut contraindre les élèves à regarder les différents champs de l’activité humaine" et propose "de coupler un champ technologique avec un champ général".

Accompagnement personnalisé pour tous. Des modules d’approfondissement obligatoires complèteraient l’ensemble. Avec la semestrialisation des cours, c’est l'autre grande nouveauté en seconde. Ces modules reviendraient à trois heures hebdomadaires de soutien scolaire, d’aide méthodologique, d’aide à l’orientation, de travail interdisciplinaire, etc. selon les besoins (et le niveau) des lycéens. "Il faut tout faire pour les élèves ne soient plus largués", a déclaré Xavier Darcos.
Au total, la semaine scolaire en seconde devrait donc s’étaler sur 30 heures de cours, et non 27 comme cela avait été avancé au départ. Le ministre de l'Education nationale a soutenu qu’il n’y aurait pas de suppressions de postes au lycée en 2009 "au motif de cette réforme".


Source : ici
Revenir en haut Aller en bas
Ben-G
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 143
Age : 27
Localisation : Munster
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 2:11

En réécoutant le discours, une phrase ma bien fait rire: "les lycéens sont les premiers utilisateurs du lycées", d'une vérité implacable pour le coup Very Happy
Pour répondre à sdh.1978, elle a effectivement dit que c'était pour être médiatisé qu'ils cassaient, mais le fait elle là, elle dit que cela est légitime...
Ors pour moi, rien ne donne une légitimité à la casse, la violence...
Après, chacun sa conception de la République...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 12:10

Citation :
"les lycéens sont les premiers utilisateurs du lycées"

Quel sens de déduction à l'U.N.L ! Quelle réflexion dites-donc !
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
The people important
The people important
avatar

Masculin
Nombre de messages : 767
Age : 28
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/02/2008

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 13:16

Tu n'aimes pas les tautologies ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 17:54

La gauche cherche à exploiter la grogne lycéenne




Crédits photo : AFP

Le mouvement lycéen est «atypique et incontrôlé», selon le ministère de l'Éducation nationale.

Depuis huit jours, le mouvement des lycéens fait tache d'huile. Et si le gouvernement prend le sujet au sérieux, la gauche entend bien, elle, profiter de ce mouvement naissant pour se refaire une santé politique. Le Parti socialiste demande «instamment» au gouvernement «de renoncer à la déstabilisation du service public d'Éducation» et «assure la communauté éducative de son soutien sans faille, aujourd'hui et dans les mois qui viennent». Nouveau secrétaire national du PS à l'Éducation, Bruno Julliard indique que le Parti socialiste «salue la réussite de la mobilisation des personnes qui se sont massivement exprimées contre la politique de Xavier Darcos». Comment le ministre de l'Éducation «peut-il parler de soutien scolaire alors que toutes les actions qu'il conduit vont à contresens», ajoute l'ancien meneur étudiant de l'Unef, qui s'est fait connaître pendant les manifestations, parfois violentes, contre le CPE. Julien Dray estime pour sa part que «toutes les conditions sont en train de se réunir pour des confrontations sociales très violentes». À peine sorti d'un congrès où il s'est déchiré, le PS ne veut surtout pas apparaître en retrait si un mouvement social d'ampleur devait se déclencher. En 2006, il n'avait pas réussi à s'imposer dans la crise du CPE préemptée par les syndicats d'étudiants. Si le nombre d'établissements perturbés reste très minoritaire, la violence et les blocages font parler d'eux. Plusieurs proviseurs, notamment, ont été molestés ces derniers jours. Des lycées ont été prit d'assaut et vandalisés. Au ministère de l'Éducation, on se dit «assez préoccupé», d'autant plus que «le mouvement est atypique et incontrôlé, pas forcément très politisé. On a d'ailleurs du mal à trouver des interlocuteurs». Une conseillère de Valérie Pécresse qui a connu plusieurs mouvements sociaux dans l'Éducation confirme qu'«en cette période de crise, personne ne peut prendre un mouvement de jeunesse à la légère. Le terreau est favorable». Très conscients de cette situation, plusieurs syndicats étudiants et lycéens devaient se réunir devant l'ambassade de Grèce «par solidarité» avec la jeunesse grecque. Au ministère de l'Éducation, on estime toutefois que ce parallèle «est artificiel». Pour le moment, les lycéens les plus actifs viennent de Province. Alors que ceux de la région parisienne peinent depuis le début à mobiliser. Certains lycées du Grand Ouest et du Sud-Est, où sont souvent présents des groupes d'extrême gauche, restent très contestataires. Les mots d'ordre sont disparates : c'est surtout la réforme en cours du lycée, synonyme pour eux d'un «bac light» qui fédère le plus, mais certains manifestent aussi contre les suppressions de postes voulus par le ministre, ou de façon plus surprenante contre une hypothétique réforme de la maternelle ou les réformes du primaire… Pour Philippe Guittet, secrétaire général du principal syndicat des directeurs d'établissement, ce sont essentiellement les retards dans la réforme du lycée qui ont alimenté les rumeurs et le désarroi chez les lycéens.

«Tours de chauffe» avant janvier


Le syndicat lycéen Fidl est à l'origine de la première mobilisation, le 5 décembre. Proche de Julien Dray au Parti socialiste, ce mouvement joue des coudes dans les médias avec l'UNL, davantage proche de Benoît Hamon. S'ils sont «derrière» le mouvement, ces syndicats proches des socialistes sont néanmoins «loin de tout maîtriser et se font aujourd'hui régulièrement déborder par l'extrême gauche et des casseurs apolitiques souvent extérieurs aux lycées», explique un connaisseur du
milieu. Des précisions sur la réforme du lycée sont attendues la semaine prochaine, mais d'ores et déjà les lycéens appellent à de nouvelles mobilisations mardi et jeudi. De simples «tours de chauffe» selon eux, car une date de manifestation doit être arrêtée pour le mois de janvier. Certains n'hésitent pas à noircir le tableau. Un
responsable du SE-Unsa va même jusqu'à glisser : « On est presque dans le phénomène Allègre… » en parlant d'un rejet des réformes de Xavier
Darcos par le milieu éducatif.


IN LE FOGARO.FR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Sam 13 Déc 2008 - 19:15

Euh... il faudrait rappeler au Figaro, que l'UNL est neutre. Wink

Il ne faut surtout pas mélanger les mouvements grecs et français du moment. Le mouvement Grec peut s'apparenter au mouvement Français certes, mais à celui de mai 68. Or en France, nous n'en sommes pas encore là...

Les mouvements Français et Grecs se différentient également sur les problèmatiques posées. En Grèce, la justice est la principale coupable du mouvement, en abatant un jeune de 15 ans, puis en relâchant le meurtrier, la justice grècque a provoquée une serie d'évenements qui ont aboutit aux émeutes actuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 13:00

Les sciences éco obligatoires en 2nde

L'enseignement des sciences économiques
va devenir obligatoire en classe de seconde, dans le cadre de la
réforme du lycée, a annoncé le ministre de l'Education aujourd'hui dans
le Journal du Dimanche.

Les lycéens étudieront une heure et demie par semaine cette matière qui
est actuellement optionnelle. Ils auront aussi la possibilité de la
choisir parmi des modules d'approfondissement qui complètent le tronc commun (celui-ci compte le français, les maths, l'histoire, deux langues vivantes et les sciences éco).

«La situation actuelle a montré combien la compréhension des mécanismes
économiques était importante», a expliqué Xavier Darcos.

Le ministre a par ailleurs affirmé que les manifestations contre le
projet de réforme n'était «pas à proprement parler un mouvement lycéen.
Au printemps dernier, ils étaient 200.000 dans la rue, contre 20.000 à
30.000 aujourd'hui»

IN LE FIGARO.FR
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:07

Citation :
L'enseignement des sciences économiques
va devenir obligatoire en classe de seconde, dans le cadre de la
réforme du lycée

Je suis mitigé sur cette annonce car d'un coté cela est un bon point, mais d'un autre je ne vois pas trop à quoi cela va servir si le jeune veut s'orineter en STI par exemple, et surtout sur quel horraire va pouvoir s'effectuer cet enseignement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:11

sdh.1978 a écrit:
Citation :
L'enseignement des sciences économiques
va devenir obligatoire en classe de seconde, dans le cadre de la
réforme du lycée

Je suis mitigé sur cette annonce car d'un coté cela est un bon point, mais d'un autre je ne vois pas trop à quoi cela va servir si le jeune veut s'orineter en STI par exemple, et surtout sur quel horraire va pouvoir s'effectuer cet enseignement...

Il n'y aura plus 30h de cours hebdomadaires communes mais bien 31h30 puisque c'est 1h30 de SES qui s'ajoute. C'est une excellente idée puisque cela permet aux élèves de seconde d'analyser la société, ses problèmes etc etc pour ensuite leur faire comprendre des problèmes plus importants. Cela est utile toute une vie de comprendre un phénomène ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:15

Revenir en haut Aller en bas
Tõtõ
The people important
The people important
avatar

Masculin
Nombre de messages : 767
Age : 28
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 15/02/2008

MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:16

C'est des sciences écos ou des SES parce que spa la même chose non plus ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:18

Citation :
Il n'y aura plus 30h de cours hebdomadaires communes mais bien 31h30 puisque c'est 1h30 de SES qui s'ajoute

Eh bien il faudra rajouter une journée de cours... car selon moi 30h = 1 800min que l'on divise par 4 (semaine de 4 jours annoncée) cela fait 450 minutes de cours par jours soit 7h 30 par jours, si l'on ajoute 1h30 cela fait 90min en plus par semaine et 1 890 min de cours par semaine soit 7h 45 environ par jours...

D'autre part, come dit plus haut, il ne faut pas confondre non plus les SES de 2nd (je sais de quoii je parle puisqu'à mon époque, elles faisaient partie des matières obligatoires en 2nde GT) avec l'économie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:26

Citation :
Avec 9h de cours quotidien (4h le matin + 5h l'après-midi) je pense que ce sera bon !

Euh... c'est sur qu'avec cet horraires, je doute fort que les lycéens auront la chance de pouvoir s'occuper de la DL, ou d'avoir des activités extra scolaires... parce que 8h / 12h et 14h / 19h c'est un horraire type de fac...


Dernière édition par sdh.1978 le Dim 14 Déc 2008 - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:27

sdh.1978 a écrit:
Citation :
Il n'y aura plus 30h de cours hebdomadaires communes mais bien 31h30 puisque c'est 1h30 de SES qui s'ajoute

Eh bien il faudra rajouter une journée de cours... car selon moi 30h = 1 800min que l'on divise par 4 (semaine de 4 jours annoncée) cela fait 450 minutes de cours par jours soit 7h 30 par jours, si l'on ajoute 1h30 cela fait 90min en plus par semaine et 1 890 min de cours par semaine soit 7h 45 environ par jours...

Avec 9h de cours quotidien (4h le matin + 5h l'après-midi) je pense que ce sera bon ! Wink

sdh.1978 a écrit:
D'autre part, come dit plus haut, il ne faut pas confondre non plus les SES de 2nd (je sais de quoii je parle puisqu'à mon époque, elles faisaient partie des matières obligatoires en 2nde GT) avec l'économie.

Sciences Économiques et Sociales, vous étudiez la société, un peu l'économie je crois des phénomènes comme "la famille", le chômage etc etc ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:27

sdh.1978 a écrit:
je retiens quand même que la journée de cours moyenne d'un lycéen dépassera les 6h de cours...

Même à l'heure actuelle ! Ce ne sera pas nouveau !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:29

Un lien pas mal aussi :

Sur l'Etudiant.fr il y a une enquête sur quelle réforme feraient les lycéens s'ils étaient Ministre de l'E.N !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:41

Citation :
Avec 9h de cours quotidien (4h le matin + 5h l'après-midi) je pense que ce sera bon !

Euh... c'est sur qu'avec cet horraires, je doute fort que les lycéens auront la chance de pouvoir s'occuper de la DL, ou d'avoir des activités extra scolaires... parce que 8h / 12h et 14h / 19h c'est un horraire type de fac...

Citation :
Même à l'heure actuelle ! Ce ne sera pas nouveau !

Je n'ai jamais dit que c'était extra actuellement, me semble-t-il ?
J'ai juste dis que si on cherchait à accroitre le rendements des élèves, il fallait diminuer les horraires journaliers... Maintenant, ce n'est pas l'opinion de tous le monde, ni même le but...

En effet les réponses sont très intéressantes... On y remarque une volonté très nette d'accroitre l'horraire de cours, et une meilleure répartition de ceux-ci. Des cours de philosophie sont également réclamés en 1ere, les élèves sont majoritairement contre la semaine à 4jours, mais il faut signaler que la liberté de repartition des horraires de cours sur le samedi ou le mercredi existe déjà... l'embauche de prof est également plébicité...

Globalement tout le contraire des effets problables de la réformes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   Dim 14 Déc 2008 - 17:52

sdh.1978 a écrit:
Citation :
Avec 9h de cours quotidien (4h le matin + 5h l'après-midi) je pense que ce sera bon !

Euh... c'est sur qu'avec cet horraires, je doute fort que les lycéens auront la chance de pouvoir s'occuper de la DL, ou d'avoir des activités extra scolaires... parce que 8h / 12h et 14h / 19h c'est un horraire type de fac...

Oui mais avec la réforme on tourne à 31h30 de cours hebdomadaire ..... Donc cela laisse 8h30 de "trou" dans une semaine de lycéen ... soit (avec 4h de cours le mercredi) une moyenne de 2h125/jour. Sachant que moi en ce moment en 2nde je tourne avec de 32 à 34 h hebdo.

sdh.1978 a écrit:
Globalement tout le contraire des effets problables de la réformes...

Pas du tout puisque la classe de seconde ouvre de nouveaux horizons d'exploration avec les 4 modules ainsi que du soutien à raison de 3h/semaine, pile ce qui est demandé ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Lucie Bousser (psdt de l'UNL)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» INTERVIEW DE BERNARD THOUANEL / 5 NOVEMBRE 2009
» Questions de Lucie
» recherche lucie
» Prophétie de Lucie de Fatima
» Questions & ideas for a filmed interview.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Elus Lycéens :: Espace privé :: Archives-
Sauter vers: