AccueilFAQS'enregistrerGroupesConnexionAdhérer
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
Marque Pages
 
----------------
 
 
----------------
 
 
----------------
Mentions légales du forum
Sondage
Vous sentez-vous représentés par vos élus lycéens ?
Oui
50%
 50% [ 34 ]
Non
47%
 47% [ 32 ]
autres
3%
 3% [ 2 ]
Total des votes : 68
Statistiques
Nous avons 458 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Bernabe80

Nos membres ont posté un total de 18246 messages dans 1374 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 32 le Mer 4 Déc 2013 - 17:00
Mots-clés

Partagez | 
 

 Réunion du 15 novembre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tristan.U
En train de reflechir
En train de reflechir
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4
Age : 27
Localisation : 91
Date d'inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: Réunion du 15 novembre   Dim 30 Nov 2008 - 16:13

Citation :
Leçon d'hypocrisie



vendredi 21 novembre 2008 à 20:04




A l'encontre

«J’ai le plaisir de vous inviter à participer dans le cadre de la
réforme du lycée, à la consultation nationale qui se tiendra le samedi
15 novembre à l’Ecole polytechnique de Palaiseau.»

Samedi 15 novembre, le ministère de l’éducation a ainsi réuni 600
lycéens de toute la France. Les 600 lycées séléctionnés devaient, selon
les papiers officiels, fournir un échantillon représentatif des lycées
de France.
Mais pourquoi ne pas avoir voulu présenter les vrais propositions et
questionnements de chaque atelier en fin de journée durant la séance
plénière devant Xavier Darcos? Pourquoi sur les 30 personnes élus par
chacun des ateliers, seulement 5 représentants ont été conviés à parler
sur la scène? Et pourquoi sur ces 5 représentants, plusieurs étaient
membres de l’Uni-Lycée (la droite lycéenne)?

La journée s’est composée en 5 périodes:

-Séance plénière avec présentation de la réforme par le recteur de Gaudemar
- Ateliers portant sur un thème, séparant les lycéens en 30 groupes
-Heure du déjeuner (importante car ce fut la seule période où nous avons pu échanger)
-Ateliers portant sur un autre thème
-Séance plénière avec présentation des élèves de la synthèse de chaque atelier et intervention du ministre de l’éducation.

Comme tout semblait démocratique…

Il serait faux de penser que les lycéens ont fermé le dialogue, comme
nous le verrons, ils étaient les seuls à vouloir l’entamer. Cela s’est
d’ailleurs très bien vu lors de la première séance plénière, le recteur
a parlé dans un silence total, chaque lycéen souhaitant que les débats
se passent bien.

Les ateliers pouvaient commencer.

Deux animatrices donnaient l’introduction:
«Il n’y aura pas de temps pour rentrer dans un débat.»; «Ici on est là
pour enrichir la réforme, pas pour débattre. » Sa y est, la machine se
mettait en place et nous l’avions prévu; des «feuilles de contribution»
nous sont donnés, elles sont là pour orientez nos «propositions».
En lisant rapidement ces feuilles, nous nous sommes vite rendu comptu
que nous avions été pris pour des lycéens particulièrement naïfs. En
effet, comment ne pas comprendre que nous serons incités à parler de
tout autour de la réforme, sauf de la réforme elle même.
Par exemple, le premier axe du thème 2 était: «Selon vous, comment la
relation entre l’élève et l’enseignant peut-elle évoluer de façon à
prendre en compte l’ensemble des situations éducatives proposées dans
le cadre du nouveau lycée?»
Mais avant de venir, nous avions beaucoup lu, élaboré chacun une
réflexion sur la réforme. Il n’était pas question de rentrer dans leur
jeu, c’est pourquoi il a été voté à la majorité de «proposer» pour le
premier axe du thème 2 (voir ci-dessus) que la question n’était pas
pertinente (qualifiée de question débile par l'une des animatrices).
Cétait sans compter la surveillance du «bon déroulement» des ateliers
par des personnes externes aux groupes. J’ai assisté à une vraie remise
à l’ordre durant mon atelier. Nous avions passé les huit premières
minutes à vouloir parler notament des questions d’inégalités que la
réforme soulevait. Une femme est passé et à regarder le nombre de
propositions écrites sur les panneaux (cuture du résultat oblige),
déclarant un retard grave, elle s’addressa aux animatrices et leur dit
que si nous n’allions pas plus vite leur «travail sera considéré comme
absent».

Ainsi la matinée s’est déroulé en une course à la proposition, ce qui a
amené des situations assez délirantes. Des membres de mon atelier, en
était à décider combien il fallait répartir d’heures entre orientation
et cours de méthode durant les heures d‘accompagnement personnalisé,
c’est-ce qu’a cherché le ministère: nous enliser dans des échanges
inutiles qui donnerait la sensation du travail accompli.

L’heure du déjeuner fut l’unique moment de la journée où nous avons pu
librement échangé avec les recteurs et avec les personnes travaillant
sur la réforme.
J’ai pour ma part, décidait de parler avec eux des Sciences Economiques
et sociales, matière visée à bout portant par la réforme.
Par les réponses qui m’ont été fournies; ils m’ont convaincu. Leur
dernier argument fut de me dire que cette réforme était le fruit d'une
longue réfléxion et que, par conséquent, il fallait avoir confiance sur
ce qu'elle proposait et ne pas douter de ces objectifs égalitaires et
vertueux... Ils m’ont convaincu du caractère dogmatique de cette
réforme.

De nouveau, nous avons eu des ateliers l’après midi.
Le ton est monté; personne ne trouvait ce qu’il cherchait. D’une part
nous réclamions un dialogue sans détours, d’autre part on attendait de
nous une participation naïve.

La séance de clôture arriva. Il y avait une grande tension et on sentait la poudre dans l’amphithéâtre.
Nous nous sommes assis et nous avons vu…cinq courts métrages contre la
discriminations. Ces courts métrages étaient drôle, triste et
l’amphithéâtre a beaucoup apprécié.
Lorsque la dernière vidéo à terminé, il circulait une phrase qui résume
assez bien le sentiment général: «c’est grillé». Durant une journée,
nous avions entendu que nous n’avions pas assez de temps, et voilà que
nous regardions cinq courts métrages sur la discrimination. On a
apparement voulu nous calmer, voir nous anesthésié.
Nous l’avons compris quand, sous les regards de nombreux journalistes,
une femme dit : «Comme nous l’avions souhaité, il y eut un large débat
tout au long de la journée.»

La poudre a explosé et les lycéens se sont levés. Si l’ambiance était
houleuse, la contestation avait un sens commun. Surtout que la synthèse
des propositions a exclu toutes propositions faites au cours de la
journée sur la réforme.

Ainsi, j’ai eu le plaisir d’être invité à participer dans le cadre de
la réforme du lycée, à la consultation nationale qui s’est tenu le
samedi 15 novembre à l’Ecole polytechnique de Palaiseau.
Vincent Aurez,élu lycéen de l'académie de Versailles
Revenir en haut Aller en bas
http://rodza.zeblog.com
Camille
En développement
En développement


Masculin
Nombre de messages : 86
Age : 27
Localisation : 78
Date d'inscription : 24/12/2008

MessageSujet: Re: Réunion du 15 novembre   Mer 24 Déc 2008 - 14:41

.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Réunion du 15 novembre   Mer 24 Déc 2008 - 15:32

Camille a écrit:
.

Mais encore ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion du 15 novembre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réunion du 15 novembre
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» union du 22 novembre
» Observation samedi 17 novembre 2012
» Appel aux Témoins du 5 Novembre 1990 par Michel (responsable de cette rubrique)
» Le merle de la réunion et le merle de maurice
» Les sites sur le 5 novembre 1990

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Elus Lycéens :: Espace privé :: Archives-
Sauter vers: